Des saisons pour les fromages ? Exemple de la brebis

Des saisons pour les fromages ? Mano, productrice locale de fromages  et yaourts de brebis au sein du magasin de producteurs de la Super Halle, nous explique ce qui fait la saisonnalité de la production de laitages.

Chèvre, brebis et vache

« La chèvre, la brebis et la vache sont toutes les trois des mammifères, de la famille des ruminants (comme la girafe ou encore le cerf). Quand on parle de « petit ruminant » on parle de la chèvre et de la brebis. Les petits ruminants ont une caractéristique hormonale très particulière. Ce sont des animaux qui vont être en chaleur (donc en capacité de procréer) à partir du moment où la lumière du jour diminue, c’est-à-dire à partir de la fin du mois de juin. Et jusqu’à la fin de l’hiver. C’est un nerf optique qui leur fournit l’information et ainsi stimule les hormones sexuelles.

Par contre, une fois qu’elles ont rencontré leur mâle, elles deviennent « pleine » (elles ont enceintes) et donc les chaleurs cessent.

Sur un élevage, les éleveurs décident de mettre le mâle avec les brebis :

– soit sur une période

– soit tout le temps

– soit il fait plusieurs petits troupeaux et met le bélier un moment dans un lot, puis après dans l’autre. »

Sur notre ferme

« Chez nous, on met le bélier à une période. A la mi septembre. Vers la fin de la lactation. Les brebis sont belles, elles profitent de l’herbe ( c’est la meilleure des alimentations, surtout chez nous, il y a pleins d’herbes différentes dans les pâtures ; pour elles, elles trouvent tout ce dont elles ont besoin). On est sûr de ne rien « casser » dans la progression de leur lactation puisqu’elles sont vers la fin. Elles vont donc pouvoir porter leurs petits sans fournir l’effort de la traite ( pour une femme, on dit qu’en allaitant, on utilise 30 % de notre énergie).

On apprécie avoir les naissances sur une seule et même période (regrouper sur le mois de février) parce que c’est un travail de suivi, d’observation très dense. Il faut bien sûr surveiller les mises bas, que tout se passe bien et intervenir si besoin. Et puis, il faut surtout surveiller que les mères nourrissent correctement leurs petits, qu’elles ne les abandonnent pas, qu’ils grandissent bien.

Ce travail là, on a à cœur de bien le faire. Et si on était en même temps en train de transformer, de faire des travaux extérieurs, on n’aurait pas complètement la tête à ça.

Là, on arrive reposé, c’est l’hiver, mi-février, on est tout disposé pour que ça aille pour tout le monde.

Ensuite, regrouper les naissances, ça fait que le lait commence pour les brebis à ce moment là aussi. Et se terminera pour toutes au même moment également.

On se dit que pour être bon éleveur, bon fromager, bon commerçant, on a besoin d’avoir un moment plus calme, ne pas faire du 6h 20h toute l’année. Et donc stopper un moment les traites. Pour être éleveur plus que 3, 4 ans même pourquoi faire toute notre carrière ! C’est pour nous préserver que nous avons fait ce choix et pour préserver aussi la qualité de notre travail. »

« Désaisonnaliser »?

« Il y a aussi des fermes qui ne considèrent pas la saisonnalité des chaleurs des petits ruminants. Ils veulent (pour des raisons en tout genre) que les femelles soient en chaleur pendant la période où les jours croient. Pour se faire, soit ils stimulent l’œil de la chèvre. Si l’animal est dans un bâtiment sans fenêtre, avec des néons ils simulent des jours décroissants et ainsi provoquent l’arrivée des chaleurs.

Ou alors, ils utilisent des hormones de synthèses qu’ils diffusent dans le corps des animaux. (la technique pour ça, c’est leur mettre des sortes de « tampons» imbibés d’hormones…).

Passer outre la saisonnalité des petits ruminants n’est pas autorisé dans la charte de l’agriculture paysanne.

Pourquoi c’est bien de respecter ce rythme ? C’est surtout qu’en respectant ce rythme propre à notre animal, on respecte notre animal en tant que tel, comme il est. On ne cherche pas indéfiniment à le réduire à une machine à produire. »

Mano

Mano et Piero, producteurs à Sainte-Catherine (69), 38 km de Lyon

Voir la fiche de ce producteur

Lire l’article du mois de mars au sujet de leur ferme

Retrouvez tous les mots de nos producteurs ici