Consommation responsable : la Mention Nature & Progrès

La Mention Nature et Progrès : un vrai projet de société !

Vous connaissez le label AB (Agriculture Biologique) qui certifie notamment des pratiques de production sans utilisation de produits de synthèse.  Mais avez-vous déjà entendu parler de la mention Nature et Progrès ?

Nature et Progrès est une association fondée en 1964, elle vient donc de fêter ses 50 ans ! C’est l’une des principales et plus anciennes organisations de l’agriculture biologique en France. C’est même elle qui est à l’origine des premiers cahiers des charges relatifs à l’agriculture biologique sur notre territoire.

Implication des producteurs et des consommateurs

L’association rassemble des professionnels et des consommateurs dans la promotion d’une agriculture durable et respectueuse du vivant.

Un système participatif de garantie autonome labellise producteurs, transformateurs et artisans selon ses propres cahiers des charges, avec des critères plus exigeants que ceux du label AB.

Ces cahiers des charges sont créés par les producteurs et les consommateurs, et les contrôles sont l’occasion de partager des savoir-faire entre ces différents acteurs.  Ainsi, à l’inverse d’autres systèmes de garanties, la mention Nature et Progrès n’est pas obtenue dans le cadre d’un service externe payant comme un organisme de certification.

L’association s’assure que ses membres vivent et travaillent en accord avec la charte éthique et amène chacun à améliorer au fil du temps ses pratiques écologiques, sociales et économiques selon ses priorités et possibilités. Les consommateurs sont intégrés à la dynamique associative, et encouragés à s’intéresser aux modes de production des produits que nous consommons.

Des critères exigeants et une volonté de progresser

Pour faciliter le commerce international des produits, la commission européenne a imposé la certification par un tiers indépendant agréé par l’état pour les labels. Le système autonome de garantie Nature & Progrès n’est donc pas reconnu par l’Union Européenne comme une certification de produits « issus de l’agriculture biologique ».  Les professionnels sous mention nature et progrès qui refusent de se doubler du label AB, ne peuvent donc pas inscrire sur leurs produits qu’ils sont produits en Agriculture Biologique.

Néanmoins, les engagements de Nature et Progrès sont plus exigeants que ceux du label AB Européen, par exemples :

– La totalité de l’exploitation doit être convertie en bio ce qui n’est pas nécessaire pour obtenir le label AB.

– En agriculture biologique, l’utilisation d’engrais de synthèse est tolérée si aucun intrant naturel n’est disponible sur le marché, ce qui n’est pas le cas avec la mention Nature et Progrès.

– La présence d’ingrédients OGM, tolérée à 0,9% dans les produits biologiques, est formellement interdite.

– Les élevages ont des tailles limitées.

La démarche des professionnels est évaluée de façon globale, ce n’est donc pas uniquement le produits qui est certifié.

Un outil d’évaluation, sous forme de boussole (la boussole NESO), aborde sous forme de question, les fondements de la mention :

– le Naturel (Préservation des ressources naturelles) respect de la biodiversité, des cycles naturels, de la vie du sol,

– l’Energie (Limiter le recours aux énergies fossiles) : réduction des besoins énergétiques, recherche d’autonomie,

– le Social (Utilité sociale de l’activité et maintien d’un tissu rural vivant) : échelle et nature de l’activité, mode d’organisation privilégiant les rapports d’échange et de solidarité,

– l’Origine (« Eco-viabilité ») : démarche de proximité dans le choix des produits utilisés et modes de commercialisation.

Dans les cahiers des charges, on distingue 2 pratiques : les pratiques « autorisées » et les pratiques « recommandées », fixant un minimum à respecter et un idéal à atteindre. L’état d’esprit de Nature et Progrès doit se retrouver dans le cahier des charges : respecter la nature tout en visant le progrès.

L’exemple des cosmétiques

Il n’existe pas pour le moment de législation Européenne unique pour les cosmétiques, et de nombreux labels se sont développés.

Le cahier des charges Nature et Progrès sur les cosmétiques est le plus exigeant puisqu’il impose que les composants soient à 100 % issus de l’agriculture biologique et que les ingrédients transformés d’origine végétale. Ils sont exempts de parfums, colorants ou conservateurs de synthèse et  sont non testés sur les animaux.

Des produits sous Mention Nature et Progrès à la Super Halle ?

L’épicerie biologique de la Super Halle vous propose de nombreux produits sous mention Nature et Progrès, par exemple :

– Le pain de Véronique Voog : lire notre article du mois d’octobre 2014

– Les tartinades végétales de la Ronde des Saveurs : lire notre article de juin 2014

– Les conserves de l’association Le Bateleur : lire notre article de mars 2015

– Les bières de la brasserie l’Affoleuse : lien vers leur site internet

– Le sel de Guérande

– Les produits Lérutan ou Cosmo Naturel du Laboratoire Gravier

– Les produits de la marque Jean Hervé

Pour en savoir plus : http://www.natureetprogres.org/

Des lectures utiles :

http://www.natureetprogres.org/librairie_bio/librairie_agriculture_bio.php

http://www.natureetprogres.org/revue_nature_progres/revue_nature_et_progres.html

Laure-Hélène, épicerie biologique de la Super Halle d’Oullins (10 min de Lyon)

En savoir plus sur l’épicerie biologique

Retrouvez toutes les pépites de l’épicerie ici