Consommation responsable : le rôle des banques

En tant que consommateur averti, vous privilégiez l’achat de produits locaux, de fruits et légumes de saison, de produits en vrac…. Que vous réglez sans doute par carte bancaire.

Mais vous êtes-vous déjà demandé ce qui se passait dans les coulisses de votre compte en banque ? Vous offre-t-elle de la transparence sur les projets qu’elle finance avec votre argent ?

Non ? Et bien des ONG ont creusé la question pour vous en publiant notamment deux rapports de référence sur la responsabilité de nos établissements financiers français quant au réchauffement climatique et à la spéculation mondiale sur les denrées alimentaires de base… Ce n’est pas rien !

Les banques jouent un rôle central dans la vie économique : en France, 99% de la population possède un compte en banque. Des centaines de milliards d’euros sont gérés et prêtés par nos établissements bancaires. Il est donc pertinent de se demander à quoi est utilisé cet argent.

L’objectif de ces deux campagnes est de dénoncer les pratiques de ces banques pour les faire évoluer. Chacune de nos actions compte, alors informons-nous pour mettre nos comptes en banque en adéquation avec nos valeurs !

1- Les Amis de la Terre viennent de publier une mise à jour d’un guide éco-citoyen sur l’impact des banques françaises sur le climat. Il s’agit d’un outil conçu pour aider les citoyens dans le choix de leur banque. Après une première étude en 2007, nombreuses sont les banques qui ont adopté des politiques pour lutter contre leurs impacts directs et ont mis le climat au cœur de leur stratégie de communication. Mais pour certaines, une partie des investissements est toujours destinée à des projets du secteur privés parmi les plus émetteurs de carbone comme les énergies fossiles. Le guide présente la liste de ces projets controversés et propose un classement des banques, ainsi que des alternatives, car elles existent !

Pour en savoir plus :

http://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/guide_banques_2014.pdf

http://www.financeresponsable.org/

2- Oxfam, par le biais de sa campagne « la faim leur profite bien », met en avant les activités menées par les banques et visant à spéculer sur les matières premières agricoles. L’augmentation du prix des denrées alimentaires de base rend plus difficile leur accès aux populations les plus pauvres du monde. Elle propose un bilan des pratiques des banques, 2 ans après la publication d’un premier rapport, ainsi qu’un classement des banques.

Pour en savoir plus : http://www.oxfamfrance.org/communique-presse/marches-agricoles-et-prix-alimentaires/speculation-des-banques-sur-matieres

Quelles alternatives ?

En France, la Nef (Coopérative de finances solidaires) et le Crédit Coopératif (banque de référence de l’économie sociale et solidaire) offrent de la transparence sur les projets financés (dans des domaines sociaux et culturels – tels que la Super Halle) et les fonds accordés. La Nef propose aujourd’hui uniquement des comptes à terme, mais devrait bientôt être en mesure de gérer des comptes courants. En attendant, leur gestion est confiée au Crédit Coopératif.

Plus d’informations :

http://www.credit-cooperatif.coop/

http://www.lanef.com/

Pour en savoir plus sur ces associations :

Les Amis de la Terre est une association de protection de l’Homme et de l’environnement. Créée en 1970, elle a participé à la fondation du mouvement écologiste en France. Les Amis de la Terre mènent des campagnes sur les changements climatiques, la protection des forêts tropicales, la responsabilité des acteurs financiers et des entreprises, l’agriculture et les OGM, au niveau local, national et international. Basés sur un fonctionnement démocratique et solidaire, les Amis de la Terre s’appuient sur un réseau d’une trentaine de groupes locaux en France, et sont membres de Friends of the Earth International, le plus grand réseau écologiste mondial, présent dans 77 pays avec 2 millions de membres et 5000 groupes locaux.

Oxfam est une confédération internationale de 17 organisations qui travaillent ensemble, avec des partenaires et communautés locales, dans plus de 90 pays. L’objectif de ces deux campagnes est de dénoncer les pratiques de ces banques pour les faire évoluer. Chacune de nos actions compte, alors informons-nous pour mettre nos comptes en banque en adéquation avec nos valeurs !