La Super Halle collecte vos bouchons de liège pour les recycler !

Depuis quelques jours, nous vous proposons de ramener en magasin certains emballages alimentaires pour les réutiliser ou les recycler (voir notre article).

Nous avons mis en place un partenariat avec l’association culturelle Rencontre et Découverte, basée à Saint Genis Laval, qui valorise les bouchons de liège dans une filière de recyclage. Les fonds sont ensuite versés à une association de solidarité internationale. Tous les petits gestes comptent !

Voici une interview que nous avons récupérée de Gilles Cantin, le président de l’association, qui explique le fonctionnement de cette filière et le sens de ce recyclage.

« On a l’habitude d’avoir des bouchons de liège en main sans trop en connaître l’origine. D’où vient-il et comment l’utilise-t-on ?

Le liège est un matériau naturel, récolté sur le pourtour méditerranéen et notamment au Portugal. Mais les forêts de chênes-lièges, arbre dont on prélève l’écorce sont actuellement surexploitées. Utilisé principalement pour la fabrication de bouchons, le liège est également mis en œuvre par exemple dans la fabrication de semelles de chaussures, de tableaux d’affichage ou de dessous de plats. Le bâtiment offre également un débouché à ce matériau naturel, en tant qu’isolant.

Quelles sont les propriétés qui en font un matériau noble ?

Il est à la fois souple, imperméable aux liquides, tout en laissant passer l’air. C’est la combinaison de ces propriétés qui l’on conduit à être utilisé majoritairement pour boucher les bouteilles de vin, malgré la pénétration des matériaux de synthèse. Dans le bâtiment, il est apprécié pour sa légèreté, son pouvoir d’isolant thermique et phonique.

Pourquoi vouloir le recycler ?

Les raisons ne sont pas liées comme pour les piles, par exemple, aux risques de pollution car le liège ne dégage pas de produits toxiques lors de sa combustion ou de sa décomposition. Comme nous le répétons dans notre slogan, le liège n’est pas un déchet. Il est très facile de le broyer pour le réduire en granulés qui pourront être utilisés comme isolant. En particulier dans le domaine de la rénovation, son emploi constitue une excellente solution pour combler les espaces entre les poutres de planchers, avec un matériau naturel, durable et renouvelable.

Comment l’association Rencontre et Découverte va-t-elle contribuer à ce recyclage ?

Les filières en France sont encore très peu développées par rapport à d’autres pays comme c’est le cas en Allemagne. De retour de ce pays, ayant pris l’habitude de mettre les bouchons de côté, j’ai recherché un point de collecte, sans en trouver non seulement à proximité, mais dans tout le Rhône, où, à priori, il n’en existait pas il y a un an.

Alors nous avons décidé de mettre en place notre propre filière. Elle s’organise pour l’instant essentiellement autour de réseaux de connaissances des membres de l’association.

Est-ce suffisant pour récolter des quantités permettant d’organiser le transport des bouchons?

Le transport n’a de sens d’un point de vue économique et écologique que s’il est organisé par camion complet. Et comme il faut environ 300.000 bouchons pour faire une tonne, nous devons  absolument activer d’autres réseaux pour atteindre des quantités suffisantes. Cela peut être des associations partenaires de la région Rhône Alpes Auvergne, les écoles fréquentées par nos enfants, les restaurants, un système de ramassage dans certains lieux publics, les associations saint genoises qui voudront bien faire de la publicité auprès de leurs adhérents…, tous ceux qui sont prêts à récolter les bouchons des particuliers.

Que deviennent ensuite les bouchons ? Quels projets soutenez-vous ?

Ils sont vendus à des industriels qui produisent des granulés pour l’isolation. Nous avons fait, en juin 2011, un envoi de plus de 2 tonnes à la société AMORIM France pour le recyclage dans son usine du Portugal. Cette société a assuré le transport. Pour le conditionnement et l’expédition en cartons de 115 kgs sur palettes, nous avons bénéficié du soutien de la société JTEKT d’Irigny. Le produit de la vente, 900 euros, nous a permis de financer le projet mené par le SEL (Service d’Entraide et de Liaison)*, en République Démocratique du Congo. Il consiste à faciliter l’accès à l’eau de la population de la région de Nelso, en aménageant des sources et en construisant des latrines. »

A Lyon, vous pourrez amener vos bouchons de Liège à l’Epicerie Equitable (78 Rue Montesquieu, 69007 Lyon).

Plus de renseignements :

Association Rencontre & Découverte – 11, avenue des Belges 69230 Saint Genis Laval  Tél. 04 78 56 00 78

E-mail:  rendec@neuf.fr.

* Le Service d’Entraide et de Liaison est une association d’inspiration protestante, créée en France en 1980. Grâce à des dons le SEL a mis en place des actions d’aide auprès de différents pays d’Asie et d’Afrique en particulier, sous différentes formes (Soutien aux projets de développement, parrainage d’enfants, aide alimentaire, envoi de médicaments, secours d’urgence)

L’équipe de la Super Halle d’Oullins