A la découverte des producteurs locaux de la halle d'Oullins : Valérie Rozier

Ce week-end, c’est samedi à la ferme.

Je rejoins Valérie, une productrice de fromages de vache, à Oullins car elle est de permanence à la Super Halle. On saute dans sa voiture et en route pour Vaugneray, ou plutôt Raymonet, une petite bourgade à 5-10 minutes de Vaugneray.

Chez elle, c’est comme dans notre imagination quand on pense à une ferme : chats qui sortent de nulle part, une fontaine cachée entre deux maisons, et les vaches sont nos voisines.

Allez hop, on visite la fromagerie ! C’est un local de 50 m2, pas plus, tout carrelé de blanc. On voit des fromages à toutes les étapes de transformation dans toutes les pièces, on ne sait pas où donner de la tête. Des « mini-vache » frais, secs, mi-secs, des pyramides en constructions, et même des fromages avec de drôles de têtes : ce sont les tests pour Noël. Seule la pyramide aux noix et le mini-vache à la noix sortiront vainqueurs de cette rude sélection.

Tout au fond, il y a une pièce secrète : c’est là que Valérie fait ses yaourts. Pas de chance, ce n’était pas le jour des yaourts, parce que les yaourts, c’est finalement très long à faire. Mais j’y ai vu le matériel pour préparer tout ça : la mise en pot se fait manuellement et demande donc du temps. Maintenant, je savoure chaque bouchée de yaourt en pensant au temps que Valérie passe sur chacun d’eux !

Après, on commence les fromages! Comme faire des fromages demande un vrai découpage des étapes, à ce moment-là, le lait est déjà prêt, il ressemble à de la faisselle. On met 3 louches dans un pot et puis on laisse sécher… Valérie me laisse même en faire un pour moi! Je m’applique patiemment… Mon fromage et moi nous reverrons au bout d’une semaine !

Après, on prend des fromages faits la veille et on les démoule de leurs petits pots, un par un.
Puis, on prend les fromages faits 2 jours avant. Et on les retourne. Un par un. Puis on les sale. Un par un.
Dernière étape, on les met dans un grand séchoir, qui les affine… et on en profite pour retourner les locataires déjà présents. Un par un.

Ouf, le temps presse, je suis épargnée de vaisselle… mais je garde en tête la montagne de vaisselle que Valérie devra faire… Entre deux fromages!

7 jours plus tard, mon fromage est tout rikiki, car il a perdu beaucoup d’eau, mais il est bon! Valérie a pris le temps de le démouler, retourner, saler, puis retourner encore en encore… Il est aussi bon, que ceux qui prennent place dans les vitrines de la Super Halle… Aujourd’hui je les déguste avec encore plus de plaisir, parce que maintenant, je peux imaginer Valérie prendre le temps et soigner ces petites figurines de lait.

1 ère conclusion : faire des fromages demande du temps et de la patience.
2 ème conclusion : faire des fromages ne s’improvise pas.
3 ème conclusion : manger les fromages reste le plus simple !

Alors, à défaut de passer un samedi à la ferme, je vous conseille vivement de goûter ces merveilles.
Merci Valérie pour ce magnifique samedi !

Iseult, épicière de la Super Halle d’Oullins.

En savoir plus sur l’épicerie biologique

Valérie, Productrice de fromages de vaches à Vaugneray (69)

En savoir plus sur ce producteur

Articles associés :

Le producteur du mois de juin

Le Val’Lyonnais, un fromage de vache local