Sers m'en du café, et du bon ! Ou l'art de moudre son café…

Que ce soit le complice de nos premiers instants matinaux, le compère de nos pauses, le nectar concluant nos déjeuners ou encore le revigorant de nos somnolences, le café est, pour nombre d’entre nous, un précieux allié du quotidien. Et quelle déception quand on le trouve trop fade ou trop amer !

Même si, d’ordinaire, ma spécialité c’est plutôt le mouton, j’ai envie, aujourd’hui, de vous parler de la mouture !

La mouture c’est tout simplement le fait de moudre le grain à café torréfié. Moudre son café soi-même permet déjà de conserver le plus longtemps possible tous les arômes (en conservant bien son café dans une boîte hermétique et, mieux encore, au réfrigérateur!).
Mais aussi, moudre soi-même ses grains de café permet d’ajuster la finesse du moulage en fonction de votre cafetière ! Et donc de rendre optimale l’extraction !

Alors, prenez note : si vous voulez du café turc (préparé idéalement dans une cezve : une petite casserole à fond large, bord étroit, doté d’un bec et d’un long manche) il vous faut une mouture extrafine, de la fine pour les cafetières italiennes et les cafetières électriques, de la moyenne pour les cafetières à dépression comme la napolitaine ou la cona et aussi pour les cafetières traditionnelles (souvent appelées mellita), et enfin de la grosse pour les cafetières à piston.

Sur ces instructions, il vous reste deux options : avoir un moulin à café chez vous ou alors utiliser le moulin à café de la Super Halle, sur lequel vous pouvez régler et donc choisir la qualité de votre mouture !

En guise de conclusion, je ne vois que les mots du beau George : un bon café… quoi d’autre ?

Marie-Noëlle, éleveuse de brebis